UPJ : Jacques MY, Directeur Général de l’UPJ et Guillaume ROTH, Président de l’UPJ veulent rencontrer depuis plusieurs mois Madame la ministre de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, Ségolène ROYAL

Jacques-MY-Directeur-General-UPJ-Guillaume-ROTH-President-UPJ-Clinique-Des-Plantes-2016-SecteurVert

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Scoop SecteurVert.com ! Jacques MY, Directeur Général de l’UPJ et Guillaume ROTH, Président de l’UPJ (Union des Entreprises pour la Protection des Jardins et des Espaces Verts) nous ont accordé cette interview exclusive, jeudi 21 avril 2016, dans le cadre des journées d’information de la Clinique des Plantes qui se sont tenues dans Mairie du 7ème Arrondissement de Paris, afin d’adresser de toute urgence un message à Madame la Ministre de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, chargée des Relations internationales sur le climat, Ségolène ROYAL. En effet, Jacques MY et Guillaume ROTH sollicitent Ségolène ROYAL, en vain, depuis de nombreux mois, au sujet des nouvelles lois votées, relatives aux produits d’entretien pour jardins amateurs, qui entreront en vigueur au 1er janvier 2019 et ce, afin de tenter de corriger leurs nombreuses « incohérences »…

« Nous profitons de cette tribune pour solliciter à nouveau Madame ROYAL pour la rencontrer. La raison est très simple : les produits d’entretien pour jardins amateurs vont fortement être perturbés par les lois qui ont été votées récemment.

Nous souhaitons notamment alerter Madame la Ministre sur les incohérences de ces lois, en particulier en ce qui concerne les produits qui vont être autorisés à la vente derrière le comptoir, ce que l’on appelle la vente assistée, et les produits qui vont être interdits à partir de 2019.

Car entre les produits qui vont être en vente assistée et les produits qui vont être interdits dès 2019, il y a des incohérences et c’est pourquoi nous essayons d’obtenir un rendez-vous.

Nous souhaitons rencontrer Madame ROYAL non pas pour balayer d’un revers de main ce qui a été fait, mais pour corriger des incohérences pour que le consommateur final s’y retrouve, que le distributeur puisse s’organiser et que nous, industriels, on sache exactement le contour de notre marché pour conserver une activité économique optimale.

Fin 2018, certains produits seront interdits à la vente et la première cohérence aurait été de dire que l’on met en vente assistée ce qui est interdit à la vente au 1er janvier 2019, et ce qui ne va pas être interdit, on le laisse en vente libre.

Or ce n’est pas ça, puisqu’une partie de ce qui va continuer de pouvoir être vendu à partir du 1er janvier 2019, c’est à dire les produits utilisables en agriculture biologique et les produits à faible risque, vont être derrière le comptoir.

C’est à dire qu’à partir du 1er janvier 2019 on aura le biocontrôle en vente libre et, derrière le comptoir, les produits à faible risque, ce qui est quand même le nec plus ultra, à savoir ceux qui ont le moins d’impact sur la santé et l’environnement, et les produits UAB sur lesquels le Ministère de l’Economie a donné un signalement prix avec une TVA à 10%, pour inciter le consommateur à aller vers ce type de produits. Et finalement ces produits-là resteront derrière le comptoir. C’est pourquoi on demande de la cohérence et quelque chose de plus lisible.

Le problème, c’est qu’à ce jour on connaît les produits qui seront interdits, à savoir les produits issus de la chimie de synthèse; mais ce que l’on ne sait moins, c’est quels sont les produits qui seront vendus en libre-service après le 1er janvier 2017 puisqu’on nous parle d’une liste de biocontrôle depuis maintenant 1 an, et on attend toujours cette fameuse liste.

Nous sommes, en cette mi-avril 2016, à quelques mois de la nouvelle campagne; les premières discussions, entre les industriels et la distribution, pour parler de l’année 2017, commencent en ce moment. Compte-tenu des impératifs économiques, au niveau des industriels mais aussi au niveau de la distribution, bien malin celui qui pourra dire ce qui sera autorisé à la vente à partir du 1er janvier 2017. Donc, aujourd’hui, nous avons besoin d’éclaircissements à ce sujet, pour comprendre et pouvoir nous organiser.

De plus, à propos des autorisations de mise sur le marché, lorsque nous avons l’opportunité de discuter avec des représentants du ministère on se rend très vite compte qu’il y a une incompréhension entre les notions de biocontrôle et autorisé, ou pas, pour le jardinage amateur.

Il faut savoir que depuis 1999, les produits utilisables par les jardiniers amateurs doivent bénéficier de la mention « Emploi autorisé en jardin amateur ». Ce n’est pas parce qu’un produit est issu du biocontrôle qu’il doit être exonéré de cette mention là. Donc, là aussi, il y a un certain nombre de tests à faire, avec des évaluations spécifiques, des dossiers à déposer auprès des ministères, pour être évalué. Tout cela prend du temps et on a besoin d’avoir de la clarification sur les produits qu’on pourra proposer aux jardiniers amateurs, ou pas.

Nous avons besoin d’obtenir une réponse de Madame la Ministre. Et il y a d’autant plus urgence que cela fait des mois et des mois que l’on sollicite ce rendez-vous. Et plus le temps passe et plus il y a urgence !

Encore une fois, notre volonté n’est pas de revenir à une situation antérieure, on est favorable aux changements. Nous rappelons que les industriels ont commencé, bien avant le 1er Grenelle, la mutation des produits vers des produits plus doux pour l’environnement, le moins nocifs possible pour l’utilisateur, mais une fois de plus, il y a des incohérences dans les lois qui ont été votées.

Donc notre objectif, c’est de pouvoir rencontrer Madame ROYAL -ou ses plus proches collaborateurs- afin d’essayer de faire évoluer la loi dans le bon sens et ce, pour une meilleure compréhension par les jardiniers amateurs. »

Découvrez en images l’interview de Jacques MY, Directeur Général de l’UPJ et Guillaume ROTH, Président de l’UPJ :

©2016 SecteurVert.com
Plus d’info sur : http://secteurvert.com/
A propos de l’UPJ…

Blog

PUB SECTEUR VERT 300X250 GIF

Vos commentaires

 

Le concept Secteur Vert

Annuaire.SecteurVert.com est le premier et le seul annuaire
participatif qui répertorie, à la fois, les professionnels et les évènements du jardin et des espaces verts.
Notre site web «multi-services» propose ainsi une information géolocalisée, détaillée, globale et complète...
Un outil de communication aux possibilités multiples, pour les pro et les particuliers !
> En savoir plus.

Agence de communication Peach