C’est dans le cadre de la Nuit Blanche du Samedi 1er octobre 2016 à Paris que les bûcherons Jérémy Laurent, Baptiste Hubert et Christian Thérain se sont livrés de bons cœurs à un exercice de STIHL

Mais que diable STIHL et ses bûcherons venaient-ils faire dans cette galère, voguant au gré de la Seine, au cœur de LA Nuit Blanche 2016, cette grande déambulation intello parisienne dédiée à l’art contemporain ? Le thème de cette année, choisi par Jean de Loisy, président du Palais de Tokyo était la “quête amoureuse”, d’après le songe de Poliphile, héros qui, dans un roman illustré italien de 1467, rêve de celle qu’il aime, Polia, qui se montre totalement indifférente à ses avances. Commençe alors un voyage initiatique qui le conduira sur l’île d’amour : Cythère.

Il faut noter, au passage, que cet ouvrage, qui relate un combat d’amour en rêve, souvent considéré non seulement comme l’un des plus beaux livres du monde mais aussi l’un des plus mystérieux, influencera au XVIème siècle, en Italie, puis au XVIIème siècle, en France, l’architecture et surtout l’art des jardins. De bien bonnes raisons, vous en conviendrez, pour Andreas STIHL de passer cette nuit blanche à Paris ! Le  cœur a ses raisons que la raison ignore…

Le trajet de cette “quête amoureuse” a donc sillonné Paris, représenté sous la forme d’un cœur rouge coupé en deux par le fleuve : une quarantaine de projets artistiques autour des établissements emblématiques tels que le musée du Quai Branly, le Petit Palais, le Théâtre du Châtelet ou l’école des Beaux-Arts. C’est donc dans ce charmant contexte que « la fabrique des cœurs brisés », imaginée par les artistes Estelle Delesalle et Jean-Marc Ferrari, a distribué des cœurs en fragments aux visiteurs.

Et c’est donc là, sur le pont d’Arcole, que le public retrouvait ses bûcherons préférés, débitant des cœurs dans des troncs d’arbres avant de les teindre de rouge sang, pour symboliser la violence à l’égard du cœur éconduit de Poliphile. Suivaient ensuite plusieurs ateliers de perçage, de sciage et de brûlure, martyrisant les sentiments jusqu’à les rôtir sur des broches. Cette scène représentait le cœur dans tous ses états comme autant d’expressions des tourments de l’amour. Chaque visiteur était, bien sûr, invité à prendre un fragment de cœur violenté afin de rejoindre la passerelle Debilly où un atelier de réparation pouvait soulager sa peine.

C’est ainsi qu’en ce Samedi 1er octobre de l’an de grâce 2016, dans le cadre de la fameuse ‘Nuit Blanche’ parisienne, que nos trois bûcherons de compétition, à savoir le Scieur Jérémy Laurent, le Scieur Baptiste Hubert ainsi que le Scieur Christian Thérain ont prouvé qu’ils avaient du cœur. Un grand cœur ! Car dans cette mise en scène stihlistique, nos trois héros réalisaient la ‘performance’ de ne pas franchir le Pont d’Arcole et ce, afin de débiter arbres par centaine et sculpter cœurs par milliers, pour les offrir gracieusement, dans un immense élan motoculturesque, au peuple en liesse !

Une présence surprenante pour STIHL -une marque toujours en quête de nouveaux utilisateurs et qui, décidément, est toujours là où on ne l’attend pas- ainsi qu’un très beau succès sportif pour ses bûcherons… Une soirée totalement décalée au cours de laquelle bien des cœurs ont chaviré, y compris celui de la journaliste Léa Salamé, qui revint sur cet évènement, dans le cadre de son émission ‘Stupéfiant’, diffusée le mercredi 5 octobre 2016, sur France 2 !

Fabricants

Articles similaires

Placer votre avis

 

Envoyer à un ami

Vérification Captcha
captcha image

Envoyer une demande

Vérification Captcha
captcha image

Le concept Secteur Vert

Annuaire.SecteurVert.com est le premier et le seul annuaire
participatif qui répertorie, à la fois, les professionnels et les évènements du jardin et des espaces verts.
Notre site web «multi-services» propose ainsi une information géolocalisée, détaillée, globale et complète...
Un outil de communication aux possibilités multiples, pour les pro et les particuliers !
> En savoir plus.

Agence de communication Peach