Blog

La Gestion du Risque Météo en Entreprise

Par le octobre 3, 2011 | 0 Commentaire

Le temps, c’est de l’argent ! Deux entreprises sur trois subissent les aléas météo. Des enjeux financiers considérables. Cet ouvrage propose une vision très claire des risques et des enjeux financiers. Il analyse la relation duale entre entreprise et climat. Dédié aux décideurs de l’entreprise – de la supply chain aux ventes en passant par le marketing et la finance –, ce premier guide pratique sur ce sujet nouveau s’appuie sur des études scientifiques et des cas pratiques. L’auteur, Jean-Louis Bertrand, illustre comment la gestion opérationnelle et financière des risques météo peut être source de performance et de redéploiement stratégique. Il donne au lecteur les clés pour faire de la météo un actif rentable !

Pour lire la suite de l’article et donner votre avis : http://secteur-vert.com/grand-public/evenements/litterature/928-rb-edition-la-gestion-du-risque-meteo-en-entreprise-par-jean-louis-bertrand.html

Blog

Les jardins et espaces verts au secours de la sécu !

Par le septembre 18, 2011 | 0 Commentaire

Juillet 2011 – Le Monde

Pourra-t-on espérer un jour combler le trou de la sécu par la création de jardins et espaces verts ? Aussi utopique soit-elle, cette proposition pourrait bien être la clé de l’un des défis majeurs du XXIe siècle. Et une source d’inspiration pour nos futurs candidats à l’élection présidentielle !

Début juin, une étude commandée par le gouvernement britannique associant plus de 700scientifiques des universités les plus prestigieuses du pays, a établi une échelle de valeurs pour l’ensemble des composantes de l’écosystème environnemental, des forêts aux abeilles en passant par les parcs et jardins. Avec une question en ligne de mire : que rapporte la nature à nos sociétés développées ?

L’exemple le plus frappant de ces « bénéfices cachés » est le rôle primordial des espaces verts sur la santé publique. L’étude évalue ainsi à 340 € par an et par personne le fait de disposer d’une habitation avec vue sur un espace vert. Or 15 millions de Français n’ont ni jardin, ni terrasse !

Verdir leur cadre de vie permettrait d’économiser 5 milliards d’euros de dépenses de santé chaque année ; soit la moitié du déficit de l’assurance-maladie…

Au Nord de l’Europe, les pays scandinaves l’ont compris de longue date : en investissant dans la préservation des écosystèmes naturels et le développement d’un urbanisme responsable, ils ont fait la part belle aux arbres et aux espaces verts et ont créé, pour leurs populations, un cadre de vie particulièrement favorable au bien-être et à la santé.

A Stockholm, 95 % des habitants vivent à moins de 300 mètres d’un parc. Sans surprise, la Suède arrive au 1er rang européen pour « l’espérance de vie en bonne santé », qui s’établit à 69 ans (contre 63 en France). Cette corrélation, que l’on ne pouvait jusqu’à présent que soupçonner, est aujourd’hui devenue mesurable.

On connaissait déjà les bienfaits des arbres et des végétaux en ville : captage du CO2, rôle de « climatiseurs urbains », filtration des microparticules polluantes, diminution du stress… Mais personne n’était jusqu’à présent allé jusqu’à déterminer précisément la valeur économique et sociale de ces bénéfices, au point de leur attribuer un montant monétaire.

Or l’enjeu est trop important pour que l’on continue à se contenter de mots : il s’agit ni plus ni moins de réussir concrètement la transition tant annoncée vers une économie et une civilisation « vertes ».

Tout le monde rêve d’un monde plus respectueux de la nature, de villes plantées d’arbres et de parcs, d’habitations qui font la part belle aux jardins et au végétal. Nos enquêtes annuelles montrent que 9 Français sur 10 expriment un besoin croissant de nature et sont convaincus de la nécessité de préserver l’environnement et de développer les espaces verts. Au-delà de ces aspirations sociales fortes, les effets concrets des espaces verts sur la santé (et donc les coûts évités pour la sécurité sociale) sont désormais établis. Une étude bibliographique de Plante & Cité, plate-forme nationale d’échanges et d’expérimentations sur le végétal, révèle le lien direct entre la présence de vert en ville et l’amélioration de la santé physique et mentale des habitants.

Plus un jardin est riche en biodiversité, plus il a des effets psychologiques bénéfiques pour ses usagers.

Et plus il fait office de barrière phytosanitaire naturelle : accepter la présence de prédateurs naturels des ravageurs permet par exemple de limiter l’usage des pesticides. C’est autant d’argent économisé, et de rejets potentiellement dangereux pour la santé évités ! Nombreuses sont les entreprises du paysage qui l’ont compris et intègrent désormais la biodiversité dans leur approche du paysage. L’objectif, demain, est d’aller encore plus loin dans cette voie, en valorisant concrètement les bénéfices économiques et sanitaires de telles démarches.

Un Work shop organisé en mai dernier à Bruxelles par l’Association Européenne des entreprises du Paysage (l’ELCA), auquel participaient une quinzaine de chercheurs de toute l’Europe, l’a encore confirmé.

La 5ème édition des Assises Européennes du Paysage du 10 au 12 octobre 2011 à Strasbourg, organisée par notre interprofession Valhor, aura justement pour thème « Le paysage, créateur de richesses ». Y seront évoqués les nouveaux indicateurs de l’économie et du bien-être, mais également la manière dont le paysage peut agir comme une ressource pour l’économie et la société. L’enjeu : appréhender les espaces verts non plus comme de simples agréments décoratifs, mais comme des leviers prioritaires des politiques de santé publique.

Tant que les bilans financiers, qu’il s’agisse des comptes de l’Etat ou de ceux des entreprises, voire des individus, ne tiendront pas compte des coûts induits par la dégradation de l’environnement, ou au contraire des bénéfices apportés par la préservation de la nature et le développement des espaces végétalisés, il n’y a aucun raison que les responsables politiques en fasse une priorité. Si le « grand emprunt » destiné à la relance du pays avait pris en compte cet aspect des choses, l’équilibre entre béton et verdure, parmi l’ensemble des projets financés, aurait peut-être été mieux respecté…

Avis aux candidats à la présidentielle : avez-vous pensé à mettre les espaces verts au cœur de votre programme ?

Blog

OCTAVE PAR SONALTO : Un appareil auditif prêt à l’emploi numérique

Par le septembre 2, 2011 | 0 Commentaire

Alors que Sonalto propose maintenant son assistant d’écoute Octave dans 1 400 pharmacies partout en France, il est important de comprendre que ce produit représente déjà une véritable solution pour des milliers de Français qui vivent avec une presbyacousie naissante non corrigée. La rentrée, qui permet à chacun de reprendre sa place au sein de son environnement de travail, peut être l’occasion de s’équiper et de prendre la reprise du bon pied et de la bonne oreille. Parce qu’équiper les oreilles presbyacousiques n’est pas un luxe mais un devoir professionnel à la portée de chacun…

L’assistant d’écoute Octave est un appareil auditif prêt à l’emploi numérique qui amplifie intelligemment les sons pour apporter un meilleur confort d’écoute aux personnes ressentant des gênes auditives légères. Octave est une aide auditive prête à porter vendue en pharmacie. Essai gratuit des appareils auditifs Octave dans toutes les pharmacies partenaires. Pour en savoir plus : http://secteur-vert.com/grand-public/evenements/presentations/829-octave-by-sonalto–lassistant-decoute-octave-pour-un-mieux-vivre-au-travail-avec-une-presbyacousie.html

 

Blog

DOUANE : Les douaniers d’Hendaye saisissent deux bébés singes magot

Par le août 25, 2011 | 0 Commentaire

Les douaniers d’Hendaye ont saisi, il y a une dizaine de jours, à Biriatou, deux bébés singes magot transportés illégalement par deux personnes en provenance du Maroc déclarant se rendre aux Pays-Bas. Les primates, dissimulés dans une cage à chat, traumatisés et sevrés prématurément de leurs mères ont été recueillis et confiés à l’espace zoologique de Saint-Martin La Plaine (Association Tonga).

En quarantaine, le mâle et la femelle prénommés Zeus et Vénus par le personnel du zoo, se portent bien et devraient prochainement être introduits au sein d’un groupe de la même espèce.

Quelques jours auparavant, la même brigade avait saisi des volatiles protégés : un perroquet gris du Gabon confié au zoo de Pessac et un faucon crécerelle, décédé d’un abcès à la gorge une heure après avoir été remis à la fauconnerie de Bidache. Comme les petits singes découverts, les animaux sauvages sont en effetcapturés et détenus dans des conditions généralement inadaptées par les trafiquants.

La douane rappelle donc aux voyageurs et vacanciers, que par respect pour l’environnement, il est conseillé de ne prélever dans les pays de villégiature aucune espèce animale ou végétale, dont certaines peuvent êtreen voie de disparition (singes, coraux, ivoire, tortues notamment), dangereuses pour l’écosystème européenou très difficiles à conserver en captivité.

A titre d’exemple, le refuge qui a recueilli les deux bébés singes, s’est vu confier, en un peu plus de deux ans, 101 singes de la même espèce, pour la plupart abandonnés par des propriétaires dépassés par le comportement des animaux devenus adultes.

La douane française saisit chaque année plusieurs milliers de spécimens d’espèces menacées et des centaines de kilogrammes d’ivoire.

Source : Direction Générale des Douanes

Blog

SECTEUR-VERT.COM : Le «Coup de cœur» de l’UPJ !

Par le août 25, 2011 | 0 Commentaire

Un site pour les amateurs du jardin ? Oui mais c’est déjà vu sur la toile du web… mais quelle est la véritable nouveauté de SecteurVert.com ? Alexis Aziza, créateur du site internet a accepté de répondre aux questions de l’UPJ, Union des Entreprises pour la Protection des Jardins et des Espaces Publics…

Vous êtes issus du monde du jardin, comment qualifiez-vous la démarche de ce nouveau site internet ?

Aujourd’hui, Secteur-Vert.com est le premier et seul portail web « 4 en 1 » du jardin et des espaces verts. Il ne concerne pas uniquement les amateurs, mais aussi lesprofessionnels, car c’est un site internet d’information, participatif et interactif, qui permet de fédérer tous les passionnés du jardin et des espaces verts. Dans notre portail, nous proposons trois espaces d’information : un premier pour les distributeurs, un second pour les utilisateurs professionnels et un troisième pour les particuliers.

Quand et pourquoi avez-vous franchis le saut d’internet ?

Secteur-Vert.com a vu le jour en septembre 2010, c’est donc un projet récent, qui compte déjà plusieurs collaborateurs. Ayant travaillé près de vingt-cinq ans pour la presse professionnelle (l’Officiel Jardin-Motoculture) et la presse grand public (l’Ami des Jardins et le Chasseur Français), j’ai pu appréhender la demande des particuliers comme celle des professionnels. Cette expérience m’a donc permis de constater qu’il y avait une véritable communauté de jardiniers, au sens large du terme : les jardiniers « amateurs » sont à la recherche des conseils des professionnelscomme c’est le cas des visiteurs des Cliniques des Plantes. Quant aux professionnels, ils sont eux aussi très à l’écoute des remarques des particuliers car ils ont réellement besoin de ce retour d’informations.

De quelle manière Secteur-Vert.com se démarque d’un autre site d’informations sur le jardin ?

La grande différence, c’est que nous disposons d’un quatrième site : une plateforme communautaire, véritable réseau social, qui est en fait le 1er « facebook » du monde du jardin et des espaces verts. Une démarche originale et unique à ce jour. Secteur-Vert.com accompagne les internautes avant leurs achats et propose des tests, des interviews, des vidéos de démonstration. En résumé, tout un univers multimédia est à la disposition de nos internautes, avec des idées, des astuces et des conseils.

Vous proposez des informations pour les amateurs et les professionnels, mais comment les distinguez-vous ?

La segmentation de Secteur-Vert.com permet aux visiteurs, par identification de leur profil -et donc de leurs besoins- de trouver rapidement l’information qu’ils recherchent. L’information est alors cloisonnée et orientée par activité : du contenu destiné aux distributeurs n’intéressera pas les jardiniers amateurs ou professionnels, l’inverse est également le cas.

Secteur-Vert.com est-il un site internet classique ? Va-t-il au-delà de ce que proposent d’autres sites internet sur les espaces verts ?

Oui, car notre site propose des informations rédactionnelles en plus des informations commerciales. En outre,notre modèle économique est fondé principalement sur des formules d’abonnementNous considérons, en effet, que l’information a une valeur et que l’internet gratuit n’est pas viable, à terme. En outre, il est très important que nos lecteurs sachent que notre contenu éditorial n’est pas assujetti à la publicité. Secteur-Vert.com met donc en évidence des services, des innovations; il développe la proximité entre ses contributeurs et ses lecteurs, et renforce ainsi la relation client. Et chaque visiteur est potentiellement un correspondant du site Secteur-Vert.com. C’est ce qui est enrichissant pour tous les visiteurs. Enfin, la multiplicité des médias ne fait pas double emploi : il y a 17 millions de jardiniers en France mais aucun média ne parvient aujourd’hui à tous les fédérer !

Avez-vous identifié les visiteurs votre site ?

La répartition des « lecteurs » sur Secteur-Vert.com est très claire : la moitié des visiteurs est constituée par des professionnels, l’autre moitié par des particuliers.

Quelle est votre stratégie de développement de ce site internet ? Utilisez-vous les réseaux sociaux ?

Nous nous développons en fonction de la demande de nos visiteurs car il faut être à l’écoute de son marché. Nous avons ouvert plusieurs pages sur les réseaux sociaux tels que Twitter et Facebook. Toute l’information diffusée sur Secteur-Vert.com rebondit automatiquement, entre autres, sur ces deux réseaux. Notre présence sur le web 2.0, nous permet d’augmenter le rayonnement du site, de dynamiser la communication des marques présentées et surtout de recruter de nouveaux internautes. Nous savons tous que 80 % des consommateurs s’informent sur internet avant d’effectuer un achat. Il en va de même pour les jardiniers.D’ailleurs, selon une étude TNS Sofres, qui nous a été communiquée par Val’hor et que nous avons publiée il y a quelques mois, « 93 % des internautes utilisaient en 2008 le Web 2.0 c’est-à-dire les blogs, les forums, réseaux sociaux, etc. (soient près de 6 Français sur 10) ».

Comment voyez-vous l’avenir du site internet ?

Six mois à peine après le lancement de Secteur-Vert.com, nous avons lancé un second site, au début du printemps : Annuaire Secteur Vert.comIl s’agit du premier et du seul annuaire « multi-services » du jardin et des espaces verts. L’aspect participatif et interactif aux informations n’est pas oublié : les internautes peuvent contribuer au site en rapportant des informations institutionnelles mais également en signalant des manifestations à venir. Notre annuaire va permettre de regrouper la plus large base de données sur les fabricants, les distributeurs, les producteurs de végétaux et les paysagistes. Ce service est totalement unique dans notre secteur d’activité.

Des projets en perspective ?

Nous travaillons actuellement sur plusieurs projets qui sont déjà très avancés. Notre volonté est d’apporter sans cesse des solutions innovantes et pratiques pour les utilisateurs. Nous sommes, depuis très récemment, adhérents à Promojardin, la référence pour le marché du jardin. Nous en sommes très fiers ! Nous croyons aux vertus du jardin et du jardinage et nous souhaitons véritablement être le média qui fédère tous les acteurs du secteur vert.

Source : UPJ

Blog

Nouveau site internet !

Par le mars 21, 2011 | 0 Commentaire

« Après le lancement réussi, en septembre 2010, de Secteurvert.com, le premier portail d’information totalement consacré au jardin et aux espaces verts, SecteurVert Media intensifie sa progression et décide de renforcer son offre avec la création d’Annuaire.SecteurVert.com !

Annuaire.SecteurVert.com, mis en ligne le premier jour du printemps 2011, est un site web qui répertorie les professionnels du jardin et des espaces verts.

Annuaire.SecteurVert.com est aussi et surtout le premier annuaire participatif et « multi-services » qui propose aux internautes une information géolocalisée, détaillée, globale, complète et gratuite entièrement dédiée au jardin et aux espaces verts !

Alors, que vous soyez un professionnel ou un particulier, vous pouvez désormais consulter et renseigner Annuaire.SecteurVert.com où et quand vous voulez et ce, sans aucune contrainte ! »

Blog

LANCEMENT OFFICIEL DE FRANCE BREVETS LE 9 JUIN 2011

Par le mars 8, 2011 | 0 Commentaire

Valérie PECRESSE, Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Eric BESSON, Ministre chargé de l’Industrie, de l’Energie et de l’Economie numérique, et René RICOL, Commissaire général à l’investissement, avec Augustin de ROMANET, Directeur général de la Caisse des Dépôts, lanceront officiellement « France Brevets » Jeudi 9 juin 2011 à 10 h à la Chambre de commerce et d’industrie de Paris.

À cette occasion, France Brevets signera deux conventions de partenariat avec OSEO et l’INPI, ainsi que son premier contrat cadre de valorisation de brevets avec un établissement public de recherche et développement, l’Institut Télécom.

Avec la création de France Brevets en mars 2011, le Gouvernement et la Caisse des Dépôts ont mis en place un dispositif ambitieux, pour identifier, acquérir et mieux valoriser les portefeuilles de droits de propriété intellectuelle. L’ensemble des acteurs économiques et notamment les PME devraient en tirer profits tant en terme de croissance que de compétitivité internationale.

 

Blog

Le concept Secteur Vert

Annuaire.SecteurVert.com est le premier et le seul annuaire
participatif qui répertorie, à la fois, les professionnels et les évènements du jardin et des espaces verts.
Notre site web «multi-services» propose ainsi une information géolocalisée, détaillée, globale et complète...
Un outil de communication aux possibilités multiples, pour les pro et les particuliers !
> En savoir plus.

Agence de communication Peach