Anne Cabrol, Régine Bertrand, Alban de la Tour, Etienne Bourdon, Mathias Bonnin sont les 5 finalistes du Carré des Jardiniers 2017 à retrouver sur le Salon Paysalia du 5 au 7 décembre à Lyon-Eurexpo

Le Carré des Jardiniers, un concours unique désignant LE Maître Jardinier 2017

Présentation du concours et de ses objectifs :

Le Carré des Jardiniers, créé en 2011 dans le cadre du salon Paysalia, est un concours ouvert à tous les professionnels, concepteurs ou entrepreneurs du paysage, installés en France.

Cette compétition pensée par des professionnels du jardin, dont Jean Mus Président du concours et célèbre architecte paysagiste, a pour but de valoriser la profession et mettre en lumière toutes les valeurs du métier. Il a aussi pour vocation de lancer les tendances en matière de jardin, de promouvoir les échanges entre les professionnels et les jeunes et de susciter des vocations.

Passion, excellence et sensibilité sont les maîtres mots de cette profession à l’honneur à travers le concours. Cinq compétiteurs, sélectionnés en mars 2017, réaliseront leur projet grandeur nature (100 à 200 m²) sur le thème donné, à l’occasion de la prochaine édition de Paysalia, à Lyon, les 5, 6 et 7 décembre 2017.

Le gagnant du concours obtiendra le titre de Maître Jardinier 2017 et deviendra l’ambassadeur de la profession pour une durée de 2 ans ! Il sera récompensé par un chèque de 15 000 € remis par Val’hor (Interprofession française de l’horticulture, de la fleuristerie et du paysage), et aura l’opportunité de réaliser un nouveau jardin sur le salon Jardins, Jardin aux Tuileries, en juin 2018.

Si les caractéristiques techniques des jardins et leurs bienfaits thérapeutiques le permettent, chaque finaliste pourra construire un projet avec Jardin Art et Soin, dans le but de réimplanter son jardin dans un établissement de soin de sa région.

Zoom sur la thématique 2017 : Les bons soins du Docteur Jardin

« La nature est généreuse, variée, nourricière, constante, belle et riche. » Cette année, la thématique du concours s’intéresse à la nature curative et bienveillante du jardin. Présents tout autour des hommes et des villes, les plantes, les fleurs et les végétaux ont un réel impact sur la santé ! C’est pourquoi les établissements de santé s’intéressent de plus en plus à l’intégration de jardins de soin.

L’association « Jardin Art et Soin » fondée par le Professeur Alain Calender permet à tous ces établissements de concevoir et réaliser des jardins sources de bien-être et thérapeutiques ! « Le jardin de soin peut avoir des rôles très différents. Il permet au patient d’avoir un espace de liberté et de sortir de sa chambre. Le jardin peut également devenir un projet de vie en lui-même : une participation à la vie du jardin par exemple, même si elle est infime. Une sérénité et un lieu de vie agréable que ce soit pour se réunir en famille ou simplement pour une promenade ».

Le professeur Alain Calender fait partie du jury évaluant les 5 compétiteurs du concours sur l’aspect curatif et thérapeutique des projets présentés sur le salon Paysalia 2017. Ceux-ci seront replantés, avec le soutien de l’association, dans des centres de soin, si les conditions le permettent.

Sensualiste et maître « du sécateur », Jean Mus, Président Fondateur du Carré des Jardiniers, est un incontestable amoureux des jardins. Créateur dans l’âme, il exerce sa passion depuis plus de 40 ans et compte pas moins de 1500 créations de jardins un peu partout dans le monde.

« Il est de bon ton de dire qu’un jardin réussi est un jardin qui est bien né. Cette belle naissance, cette mise au monde, appartient certainement à tous les concepteurs, à tous les entrepreneurs mais aussi à tous les jardiniers qui par leur connaissance, leurs expériences et leur passion font que les soins qu’ils vont apporter à cette création et à la pérennité du jardin engendrera la réussite du Carré des Jardiniers. Le plaisir de vivre est bien dans le jardin et merci Docteur, de nous donner l’énergie pour y arriver. » Cette année, sur la thématique « les bons soins du docteur Jardin », il précise que « le jardin est une thérapie » à part entière et qu’il attend des candidats de l’inventivité et de la surprise.

Louis Benech, Parrain du Carré des Jardiniers, est venu au jardin par amour des plantes. Avec plus de 300 projets à son actif, il a notamment conçu la partie ancienne du Jardin des Tuileries, les Jardins de l’Elysée, du Quai d’Orsay ou encore du domaine du Château de Chaumont-sur- Loire.

« Pour tous, aujourd’hui, le jardin est un lieu serein et doux, il est une trêve nécessaire. Tous, nous avons des fragilités, des failles. Que cela soit une incapacité d’autonomie, des souffrances, une maladie, un handicap de quelque sorte, le jardin panse. Sans effort, sans insistance, le jardin accueille ou accompagne. Il est de ces sources de distraction la plus légère et évidente. C’est une respiration sans heurt, un rythme sans surprise. Un renouvellement cyclique et régulier. Du microscopique au grand, sans gigantisme, c’est un site d’équilibre tempéré par la main de l’homme, où la tâche jour après jour libère, fait s’oublier, oublier ses peines. Il est à l’image du monde parce qu’il vit bien sûr, il subit aussi, mais il se relève, se transmet, évolue. Comment ne pas croire à la paix qu’il vous procure ? Comment ne pas l’offrir en message de bonheur, siège de toutes nos observations, actives ou passives, de l’éveil de tous les sens, qui nourrissent le plaisir et l’esprit ? Là, dans le faire, dans le vivre, c’est un bonheur, ce bonheur partageable sans explications et en toute liberté. Trop souvent cette source d’équilibre est absente. Dès que l’on a la chance de pouvoir le rendre plus beau, plus accueillant, il faut ne pas l’oublier : le jardin est un lieu essentiel au mieux-être. Il attend également de la pertinence et de la régularité de la part des candidats, tout en plaçant le patient au cœur du jardin et ainsi « penser à ceux qui ne peuvent que peu jardiner. »

Les autres membres du Jury du Carré des Jardiniers 2017, après Jean Mus et Louis Benech…

Cinq représentants du secteur :

  • Michel Audouy : Architecte Paysagiste, représentant de la FFP
  • Eric Lequertier : Paysagiste, représentant de l’Unep
  • Brunot Imbert : Pépiniériste
  • Pierre-Alexandre Risser : Paysagiste
  • Sylvère Fournier : Maître Jardinier 2015

Trois représentants média :

  • Philippe Collignon : Animateur, journaliste, réalisateur chez France Télévisions
  • Nicole Maïon : Directrice de la rédaction pour Extérieurs Design
  • Martine Meunier : Directrice de la rédaction pour les Editions de Bionnay

Cinq représentants des cinq sens :

  • Gary : Sculpteur
  • Jean-Claude Ellena : Parfumeur historique de la maison Hermès et aujourd’hui conseiller
  • Thierry Marx : Chef cuisinier
  • Dimitri Naïditch : Compositeur et pianiste
  • Françoise Petrovitch : Artiste peintre

5 Finalistes en compétition !

1/ Alban de la Tour – Rhône (69)

Diplômé d’un bachelor en architecture des jardins et du paysage, Alban de la Tour est un jeune homme de 27 ans qui travaille actuellement à l’Atelier Papyrus, à Saint- Didier-au- Mont-d’Or. Il définit le métier de jardinier comme « un métier intemporel, de William Kent à Gilles Clément en passant par Le Notre, cette profession a pu prendre différentes formes suivant la perception propre de chaque personne en fonction de l’époque où il s’inscrit ».

Le projet « Liberté » :

« De la lumière, une cabane, la chaleur d’un foyer, d’amis, cette vision me réconforte, mon regard s’ouvre sur une petite cour, mes oreilles s’attardent sur l’opérette chantée par quelques poules curieuses et gourmandes, des effluves de parfums nargues mon nez. » Liberté, le jardin imaginé par Alban de la Tour a pour but de faire voyager à travers une aventure sensorielle. Permettant à toute personne d’oublier le temps d’un instant maladie et milieu médical.

2/ Anne Cabrol – Rhône (69)

Après une licence en Infographie Aménagement Paysager, Anne Cabrol devient Responsable de boutique, puis Responsable de l’agence intérieur et jardin urbains. Elle connaît bien le sujet des jardins de soins après avoir créé en 2015 un jardin thérapeutique à l’hôpital psychiatrique de Bourgoin. Pour elle, « le végétal est une passion avant d’être mon métier. Fleuriste de formation initiale, j’ai évolué sur les métiers du paysage en m’ouvrant à tout ce qui touche, au végétal, mais aussi à la conception, au graphisme, au design et bien sûr à l’art qui pour moi est une grande source d’inspiration ».

Le projet « Les gens heureux » :

A travers ce jardin, les visiteurs pourrons se projeter sur eux même pour trouver leur équilibre et trouver la clef pour se sentir bien. Ils commenceront par quitter leurs chaussures pour visiter le jardin pied nus et entrer en communion avec la nature, découvrir les sensations de bien être en marchant sur la douce et confortable mousse. Anne Cabrol ajoute : « J’ai fait le choix de travailler des matières brutes : Le béton évoquant la présence de l’homme, le cuivre pour sa couleur chaleureuse, douce et vive à la fois… enfin, le bois qui fera le lien entre les matériaux et les végétaux du jardin choisis pour leur structure mais aussi pour leurs vertus médicinales. »

3/ Etienne Bourdon – Seine et Marne (77)

Doctorant en Gériatrie et Architecte Paysagiste, Etienne Bourdon est aussi le directeur général d’OUbi Campi, entreprise qui développe des solutions thérapeutiques à travers le jardin ! Pour lui et son équipe :

« Cette reconnaissance de Maître jardinier à laquelle nous aspirons renforcera notre capacité à convaincre les prescripteurs de santé, qu’une réelle thérapie peut se construire avec une conception objectivant l’impact du jardin sur la santé »

Le projet « Le jardin thérapeutique » :

« Créer, revisiter et élaborer », le jardin proposé par Etienne Bourdon s’articulera autour de ces trois aspects. Le projet vise à proposer une nouvelle approche du jardin, à démontrer qu’il faut prendre en compte le profil pathologique du patient pour avoir un espace vert adéquat, à intégrer des ateliers ajustés et adaptés aux profils, et à prouver que le jardin est un lieu idéal pour développer une démarche thérapeutique. Son projet s’adresse avant tout à des patients atteints par la maladie d’Alzheimer.

4/ Mathias Bonnin – Dordogne (24)

Pour Mathias Bonnin, architecte, paysagiste et gérant de Paysage Conception, participer au concours Paysalia est « un défi pour mon équipe et moi ». En effet cette année, le thème « Les bons soins du Docteur

Jardin » est en parfaite adéquation avec sa représentation du jardin. Comme il le définit lui-même, un jardin est une « extension de l’espace de vie, un endroit unique apportant calme, sérénité et bien-être ».

Le projet « Le jardin du bonheur pour tous » :

Mathias Bonnin considère qu’« un jardin est une source de bien-être, une continuité de l’espace de vie que l’ on peut améliorer en associant les différents éléments qui composent cet environnement. L’eau, le végétal et le minéral les trois acteurs principaux pour composer un bel espace paysager ; Toutefois, il faut savoir faire les bonnes associations pour en dégager cet élixir de Bien-Être ! Mon Jardin s’adresse à tous, du plus petit au plus grand. Je veux donner envie aux visiteurs de s’allonger sur les banquettes intégrées et l’espace d’un instant se laisser transporter en dehors du salon Paysalia. »

5/ Régine Bertrand – Bouches du Rhône (13)

Conceptrice Paysagiste et Gérante, Régine Bertrand définit le métier de jardiner comme étant « celui qui écoute les besoins de ses clients et les besoins des végétaux, celui qui ajuste sa créativité pour que l’univers paysagé proposé soit le plus accordé à la personnalité de son usager ». Pour elle, cette participation signe d’une certaine façon une revendication féminine face à ce métier dédié aux hommes.

Le projet « Etreinte végétale » :

« Comme l’être cher qui entoure de ses bras le bambin blessé, l’ado déstabilisé ou l’âme sœur éprouvée par les petits et grands tourments de la vie, j’ai imaginé un jardin ouvert pour accueillir l’être fragilisé (…) », voilà de quelle manière Régine Bertrand imagine son jardin. Sous forme de parcours santé, grâce à divers éléments, comme des plots d’équilibre, des dos d’âne ou encore des barres d’étirement, ce projet permettra d’allier rééducation et espace vert !

La finale du concours, incontournable, est devenue LE temps fort du salon Paysalia. Les jardins des 5 finalistes seront présentés les 5, 6 et 7 décembre prochain à Lyon et le grand gagnant sera annoncé le 6 décembre au soir.

Le Carré des Jardiniers profite ainsi des 18 000 visiteurs venus de toute l’Europe et des 600 exposants professionnels du secteur du paysage. Depuis 2011, le salon réunit tous les 2 ans les acteurs de la filière paysage, jardin et sport, lançant les nouvelles tendances et innovations, tout en œuvrant pour l’aménagement et l’entretien des espaces verts privés et publics.

Catégories de l´événement: événements.

Placer votre avis

 

Envoyer à un ami

Vérification Captcha
captcha image

Envoyer une demande

Vérification Captcha
captcha image

Le concept Secteur Vert

Annuaire.SecteurVert.com est le premier et le seul annuaire
participatif qui répertorie, à la fois, les professionnels et les évènements du jardin et des espaces verts.
Notre site web «multi-services» propose ainsi une information géolocalisée, détaillée, globale et complète...
Un outil de communication aux possibilités multiples, pour les pro et les particuliers !
> En savoir plus.

Agence de communication Peach